Dans le cadre de l’année internationale du rapprochement des cultures

Matteo RICCI. De l’amitié, une méthode pour la rencontre

Caen, le 25 mai 2010

Accueil > Actualités > Matteo RICCI. De l’amitié, une méthode pour la rencontre


Dans le cadre de l’année internationale du rapprochement des cultures, Monsieur Thomas Gueydier, Directeur du Centre d’Études Théologiques, a invité S.E. Monseigneur Francesco Follo à l’événement "Matteo Ricci. De l’amitié, une méthode pour la rencontre" qui a eu lieu au Centre d’Études Théologiques de Caen le 25 mai 2010.

S.E. Mgr Francesco Follo est intervenu sur la figure de Matteo Ricci qui

fut certainement le premier pont culturel entre Orient et Occident, une expérience d’annonce et de rencontre. Il est arrivé au cœur de la Chine et en a marqué l’histoire

Et encore

Matteo Ricci interpréta avec intelligence et humilité le chemin de l’inculturation ou, pour mieux dire, de la rencontre des cultures

Lire le discours complet :

PDF - 97.8 ko

Monseigneur Jean-Claude Boulanger, nouvel évêque de Bayeux et Lisieux, a accueilli Mgr Follo et pris part à ce débat avec la présentation de Charles de Foucauld.
Dans son intervention "Charles de Foucauld : la Sainteté au quotidien" il souligne que

La vie de Charles de Foucauld qui frôle parfois l’errance, nous rappelle simplement que Dieu écrit droit avec les lignes courbes de notre histoire

Lire le discours complet

PDF - 168.8 ko

Par ailleurs, un carme de Lisieux a présenté la Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de la Sainte Face dans son contexte interculturel de l’époque.
L’événement a vu une participation extrêmement nombreuse.

Les conditions du dialogue entre les cultures étaient au centre de cette rencontre.
Le témoignage du P. Ricci a été accompagné par l’évocation de Charles de Foucault (1858-1916) et de sainte Thérèse.
« Lieu de propositions et d’échanges », le Centre d’Etudes théologiques de Caen s’attache à « jeter des ponts avec les lieux de culture en dehors de l’Église », dans un esprit d’ouverture.

PDF - 151.9 ko

Voir le communiqué de presse général :

Cet événement s’inscrit dans une série de quatre rencontres sur le dialogue interculturel, notamment : Retour ligne manuel
- "De l’amitié" une méthode pour la rencontre. Réflexions sur l’expérience de Matteo Ricci, le 16 février 2010 à la Maison de l’UNESCO
- "Choc des civilisations ou dialogue interculturel ?" à Deauville, le 27 septembre 2010
- Exposition "Matteo Ricci. Au service du Seigneur du Ciel" à Lisieux le 13 mai 2010

Mgr Francesco Follo en qualité d’Observateur Permanent du Saint-Siège auprès de l’UNESCO a toujours accordé une très grande importance au dialogue interculturel. Pour lui dialogue interculturel va plus loin que le dialogue interreligieux car il permet une rencontre avec les non-croyants. C’est pourquoi il a soutenu l’exposition consacrée au 400ème anniversaire de la mort du Jésuite italien Matteo Ricci (1552-1610), célébré dans l’enceinte des Nations Unies, le 16 février 2010. Auteur d’un traité intitulé « De l’Amitié », le prêtre mort à Pékin en 1610 fut l’acteur d’un dialogue sans précédent avec la culture chinoise et incarne les valeurs « d’amitié, de concorde et de paix ». « La foi peut aller partout, estime Mgr Follo. C’est une richesse à partager à condition de maintenir son identité pour dialoguer dans le respect ».

L’année internationale du rapprochement des cultures a été proclamé en 2010 par l’Assemblée générale des Nations Unies. L’UNESCO désigné pour jouer le rôle de chef de file dans la célébration de cette Année, mettant à profit une expérience précieuse de plus de soixante ans en faveur « de la connaissance et de la compréhension mutuelle des nations ».
En effet, comme M.Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, l’a expliqué :

Cette année, nous rendrons hommage à la diversité culturelle et nous montrerons que la compréhension et le dialogue interculturels sont essentiels pour l’avènement d’un monde plus pacifique. Nous soulignerons également le rôle capital que la culture joue dans le développement.

L’objectif de cette Année consiste à replacer sous le prisme du rapprochement des cultures toute politique aux niveaux local, national, régional et international. L’UNESCO a été investie du mandat de contribuer à élever

les défenses de la paix dans l’esprit des hommes par la coopération internationale.

Dans le cadre de ce mandat de l’UNESCO, l’Année 2010 constitue à la fois l’aboutissement de la Décennie de la culture de la paix (2001-2010) et le point de départ d’une nouvelle stratégie.
Cette thématique est placée au premier plan des objectifs de sa Stratégie à moyen terme pour 2008-2013 : « la promotion de la diversité culturelle et celle de son corollaire, le dialogue, constitue l’un des enjeux contemporains les plus pressants et se trouve au cœur de l’avantage comparatif de l’Organisation », à savoir reconnaître la grande diversité des cultures du monde et les liens qui les unissent.

Document(s)